Le volet « coûts » du Plan de relance : comment optimiser les coûts de la collecte sélective ?

19 avril 2017

C’est pour répondre à cette question qu’Eco-Emballages a organisé des cycles d’ateliers de travail, d’échanges et de débats avec 513 collectivités. L’objectif de ces ateliers était de travailler avec les collectivités sur le diagnostic coûts/performances de leur dispositif, à partir de leurs données individuelles (issues notamment du SDD), et ainsi d’identifier les bonnes pratiques pour augmenter leurs tonnes et diminuer leurs coûts.

Fin février 2017 et après plus d’un an de déploiement, se sont donc achevés ces cycles de réunions. Chaque cycle, constitué de 7 collectivités en moyenne, a donné lieu à 3 réunions :

  • Une 1ère réunion pour établir un diagnostic technique des dispositifs de collecte sélective en place, à partir des données de coûts et de performance de chaque collectivité présente et en tenant compte des spécificités de chacune (tourisme, habitat urbain ou dispersé …).
  • Une 2ème réunion pour construire un projet avec chaque technicien à partir d’axes d’amélioration choisis et ainsi définir les actions opérationnelles à conduire pour diminuer les coûts et augmenter les tonnes dans sa collectivité.
  • Enfin, une 3ème réunion pour présenter aux élus les travaux menés par leur service technique et les sensibiliser au lancement de ces actions.

 

Au total, 513 collectivités, représentant 36,5 millions d’habitants, ont participé aux réunions organisées dans l’un des 78 cycles déployés en France.

Les principaux enseignements

Pour contribuer à la maîtrise des coûts, les actions identifiées s’inscrivent :

  • Dans des actions « d’amélioration continue » pour 59% des collectivités: principalement pour améliorer les performances, diminuer les refus et optimiser l’organisation de la collecte en diminuant les fréquences, en réorganisant les tournées ou en densifiant les points d’apport volontaire.
  • Dans des actions « de rupture » par rapport au dispositif en place pour 41% des collectivités : principalement la mise en place d’une tarification incitative, l’extension des consignes de tri aux emballages en plastique, la modification ou l’harmonisation des flux de collecte sélective, le passage à une collecte en apport volontaire.

 

La méthode et le format proposés ont été particulièrement appréciés par les collectivités et ces cycles ont été utiles dans la mise en perspective des actions à mener : en moyenne, 6 collectivités sur 10 envisagent de mener ces actions à très court terme.

La dynamique qui s’est créée entre les techniciens, les élus, le bureau d’études et Eco-Emballages est notamment l’une des grandes réussites du Volet coûts du Plan de Relance.