Les Parisiens testent la collecte des déchets alimentaires

22 mai 2017

La capitale française a fait un nouveau pas dans sa stratégie du "Zéro Déchet", en lançant un dispositif expérimental de collecte des déchets alimentaires. Explications.

 

Favoriser le recyclage et la valorisation, plutôt que l'enfouissement et l'incinération. L'économie circulaire s'attaque aujourd'hui à un nouveau front à Paris : les déchets alimentaires.

 

 

 

Restes de fruits, de légumes, viandes, coquilles d'oeufs, sachets de thé... ils représenteraient chaque année 30 kilos par habitant, selon Mao Peninou, l'adjoint au maire de Paris chargé de la propreté et du traitement des déchets. 30 kilos qui finissent aujourd'hui, “en mélange", dans la poubelle verte, et qui ne bénéficient pas d'une collecte sélective pouvant les valoriser au mieux. Les déchets alimentaires sont alors incinérés ou enfouis, alors qu'un traitement via une filière sélective permettrait de produire du biogaz et du compost, à partir de leur décomposition.

Les déchets alimentaires seront-ils la nouvelle frontière du tri et du recyclage ? C'est le pari que fait la Mairie de Paris, grâce notamment au "P'tit Bac", une petite poubelle marron qui sera mise à disposition des habitants du 2ème et du 12ème arrondissement de Paris, et dans laquelle ils pourront collecter les déchets de leurs assiettes. Un pari nécessaire dans un contexte où le gaspillage alimentaire prend des proportions croissantes. Dès les prochaines semaines, ce seront ainsi 120 000 Parisiens qui pourront les trier. L'objectif ? Équiper l'ensemble de la population d'ici 2020, et continuer à faire progresser le geste de tri.

 

Tous les renseignements sur ce programme pilote sont à découvrir ici.