Entreprises : concilier recyclabilité et fonctionnalité

Améliorer la recyclabilité des emballages permet le développement de filières de recyclage pérennes, augmente la valeur de revente des déchets d’emballages et permet de réduire les coûts globaux du dispositif. La recyclabilité participe ainsi à la performance globale du dispositif.

Afin d’y contribuer, 8 entreprises ont participé activement à l’expérimentation globale menée par Eco-Emballages et Adelphe et répondu à l’appel à projets lancé fin 2011 pour améliorer la recyclabilité des emballages plastique autres que bouteilles et flacons

Tous les projets ont montré des axes d’amélioration d’éco-conception soit sur le plan de la recyclabilité soit en termes de bilan environnemental. L’évolution du gisement et l’amélioration de la recyclabilité sont en marche mais vont prendre du temps.

Pour consulter les premières conclusions de ce projet, télécharger la synthèse située dans la colonne de droite sous le titre « documents de référence ».

 

Barquette multirésine

Les barquettes operculées sont utilisées dans de nombreux segments de produits frais comme la charcuterie, la boucherie ou encore la fromagerie.

Afin d’assurer les fonctionnalités attendues de l’emballage, ces barquettes sont bien souvent multicouches (majoritairement en PVC ou en PET amorphe) avec un opercule également multicouche. L’utilisation de mono-résines au sein des barquettes constituerait donc un levier d’amélioration de leur recyclabilité.

Quatre entreprises ont cherché à faire évoluer leurs emballages barquettes en PVC ou à base de PET multicouche vers une barquette 100% PET amorphe. Certains projets ont également travaillé au développement d’une opercule en mono-PET.

Les entreprises engagées :

Téléchargez la synthèse du projet

Téléchargez la synthèse du projet

Téléchargez la synthèse du projet

Télécharger la synthèse du projet

 

 

Poches souples multimatériaux

Les poches souples sont principalement destinées au secteur des produits frais et doivent donc offrir une parfaite protection de l’aliment contre les gaz et la lumière.

Pour garantir cette protection, une structure complexe multicouches est nécessaire : une couche d’aluminium vient donc s’ajouter aux couches majoritairement à base de PE. D’une façon générale, l’association d’aluminium et de plastique complique fortement voire rend impossible le recyclage des emballages dans un flux de plastiques. Par ailleurs, les poches souples sont difficiles à capter en centre de tri et à recycler.

La société Elvir a ainsi envisagé de faire évoluer ses emballages poches souples initialement en PET/Alu/PET/PE vers deux types de solution : un complexe multicouches où l’aluminium serait remplacé par un matériau plus compatible avec le recyclage du PET ; et une solution mono-résine PE.

L’entreprise engagée :

Téléchargez la synthèse du projet

 

Emballages mutimatériaux type « saumon fumé »

Les skin-packs sont aujourd’hui largement employés dans le conditionnement de produits frais alimentaires et notamment de poissons fumés gras et de charcuterie. Cependant, la nature des différents éléments qui les composent constitue un frein à leur recyclabilité. Le carton, en particulier, matériau le plus utilisé dans la fabrication du support, rend l’emballage impropre au recyclage du fait de la souillure des fibres cellulosiques, générée par les produits conditionnés.

Afin de pouvoir intégrer cet emballage dans un processus de recyclage, la société propose donc aujourd’hui une alternative au skin-pack pour produits frais gras. L’emballage ainsi créé se démarque totalement du marché actuel en proposant un support carton 100% recyclable sans aucun résidu graisseux grâce à la séparation totale entre fractions plastique et fibreuse

L’entreprise engagée :

  Téléchargez la synthèse du projet

 

Pots de produits laitiers

Les pots de Produits Laitiers Frais constituent près de 7% du gisement total des emballages ménagers en plastique. L’ensemble des adhérents de Syndifrais, qui représentent plus de 90% de la production de yaourts et autres laits fermentés, fromages frais, desserts lactés frais et crèmes fraîches, se sont regroupés afin d’identifier les obstacles au tri et recyclage de leurs emballages et d’en rechercher des solutions.

Toutes les réflexions ont été menées à iso-matériau, c’est-à-dire sans remettre en jeu le matériau principal des pots le plus fréquemment utilisé actuellement, le PS.

Les entreprises engagées :

  Télécharger la synthèse du projet

 

Tubes laminés avec de l’aluminium

Sur le secteur de la beauté et de l’hygiène, les tubes plastiques principalement en PE constituent un gisement significatif pour les recycleurs. Le secteur de la cosmétique étant particulièrement attaché à l’attractivité de ses emballages, celui-ci offre une variabilité importante de décors et d’impression des tubes. Enfin, du fait des fortes exigences sanitaires imposées pour la conservation et la consommation de certaines formules, une protection optimale doit être assurée : l’utilisation de multicouches et notamment d’aluminium ou d’EVOH reste donc fréquente. Par conséquent, la taille de l’emballage, son aspect et la nature de ses matériaux constitutifs, sont autant de freins potentiels à son tri et à son recyclage.

Leader sur le marché des tubes cosmétiques, la société Albea a donc choisi d’étudier les critères d’amélioration de la recyclabilité de deux types de tubes : des tubes 100% plastiques (corps PE & bouchon PP) et des tubes dits laminés (corps PE/Alu & bouchon PP).

L’entreprise engagée :

  Téléchargez la synthèse du projet