SIMPLIFICATION DU TRI, ÇA BOUGE AUSSI AU CŒUR DES TERRITOIRES

SIMPLIFICATION DU TRI, ÇA BOUGE AUSSI AU CŒUR DES TERRITOIRES
24 février 2016
La Communauté de Lamballe dans les Côtes d’Armor, et celle du Vimeu Industriel dans la Somme ont décidé d'étendre les consignes de tri. Des enjeux environnementaux et financiers, avec de réelles économies à la clé.

Déjà très performante en matière de tri avec des taux de refus de 8 %, et seule à proposer la redevance incitative dans les Côtes d’Armor, la communauté de Lamballe va plus loin. Depuis le début de l'année, elle propose en effet à ses habitants de trier davantage en ajoutant tous les plastiques souples et autres films plastiques dans le bac de tri. Des bacs jaunes ont été distribués sur le territoire et un ambassadeur passe chez les habitants pour expliquer tout ce qu'ils peuvent y mettre. De nouvelles consignes de tri qui vont permettre de réduire les ordures ménagères tout en réalisant de sérieuses économies financières.Comme le souligne Jean-Luc Barbo, de Lamballe communauté, « le but est de trier toujours davantage car on paye pour détruire nos déchets alors qu’on récupère un peu d’argent avec le recyclage ».

Dans la Communauté de communes du Vimeu Industriel (CCVI), dans la Somme, c'est à partir du 1er avril que le tri sélectif sera étendu. Ses habitants pourront alors, jusqu’à la fin de l’année, déposer dans leur poubelle jaune tous leurs emballages plastiques. Cette extension provisoire va permettre, selon Pascal Dieppois, directeur d'exploitation à la CCVI, de "valoriser plusieurs plastiques qui ne l'étaient pas à ce jour" tout en s'inscrivant dans une démarche évolutive, engagée en partenariat avec Eco-Emballages. Avec deux objectifs majeurs : la réduction de l'impact environnemental et la réalisation d'économies. Sur le plan financier en effet, le calcul est simple. D'un côté, des dépenses pour l’intercommunalité de 27 000 euros à l’année pour financer les améliorations technologiques nécessaires du centre de tri. De l'autre, des recettes supplémentaires : le soutien d'Eco-Emballages à hauteur de 800 euros par tonne triée supplémentaire (soit 43 000 euros par an), la revente des nouveaux produits recyclés (3 500 euros) et une économie de 4 300 euros pour le traitement des ordures ménagères. Un solde positif, en fin de compte, qui s'élève à 23 800 euros.